mercredi 14 mai 2014

"Maine"


Au début de l'été, Alice Kelleher, 83 ans, commence à vider la maison de vacances familiale dans le Maine: elle a décidé qu'après sa mort, la propriété située en bordure d'une plage privée, et évaluée à plus de deux millions de dollars, reviendrait à la paroisse locale qui l'a tant soutenue dans ses épreuves, et notamment après le décès de son mari Daniel dix ans plus tôt. Elle sait que ses enfants seront furieux, aussi ne leur a-t-elle encore rien dit. 
Pendant ce temps, sa petite-fille Maggie découvre qu'elle est enceinte au moment où son petit ami Gabe, avec lequel elle a une relation très instable depuis deux ans, rompt avec elle. 
Kathleen, la fille aînée d'Alice, ne s'est jamais entendue avec sa mère. Dotée d'un caractère rebelle, elle a été alcoolique pendant 20 ans avant de divorcer du père de Maggie et de reprendre sa vie en mains. Aujourd'hui, elle vit en Californie avec son petit ami hippie et fabrique de l'engrais à partir de déjections de vers de terre. 
Quant à Ann Marie, la très pieuse belle-fille d'Alice dont elle a épousé le fils chéri Patrick, elle vient d'apprendre qu'elle fait partie des dix finalistes d'un prestigieux concours de maisons de poupée et ne se tient plus de joie. Elle va pouvoir se faire mousser aux yeux de Steve, le voisin avec qui elle flirte depuis quelques mois!
Lorsque Maggie, Ann Marie et Kathleen débarquent l'une après l'autre dans la maison du Maine pour les vacances d'été, les relations tendues entre elles vont mettre à jour les secrets de chacune...

J'avais beaucoup aimé "Les débutantes", premier roman de J. Courtney Sullivan, aussi me suis-je facilement laissé tenter par "Maine", d'autant que j'ai un faible pour les histoires de famille. Mais très tôt dans ma lecture, j'ai noté de nombreuses similitudes avec "Nos plus beaux souvenirs" de Stewart O'Nan, un de mes gros coups de coeur littéraires de l'an dernier, et... "Maine" ne tient tout simplement pas la comparaison. Oh, il se laisse lire sans déplaisir, même si Alice est parfaitement odieuse, Ann Marie incroyablement agaçante et Kathleen parfois gonflante. La révélation progressive du drame à l'origine de la formation du couple Alice-Daniel tient en haleine sur 600 pages, et les points de vue très différents des quatre femmes décortiquent assez bien la dynamique d'une famille sur plusieurs générations. Mais "Maine" n'a pas la profondeur psychologique et l'incroyable humanité de "Nos plus beaux souvenirs". C'est, en résumé, un bon roman de plage, vite lu et tout aussi vite oublié. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire