mercredi 20 décembre 2017

"A semi definitive list of worst nightmares" (Krystal Sutherland)


Esther Solar n'est pas une fille comme les autres. Ce n'est pas seulement à cause de sa façon de s'habiller (toujours avec un déguisement: aujourd'hui, le Petit Chaperon Rouge), ou même de sa famille dont chaque membre souffre d'une obsession unique et maladive. Quand elle se fait détrousser par Jonah Smallwood, un ancien camarade de classe, celui-ci lui prend son téléphone et la liste de ses pires cauchemars. Il lui rend le premier, dans lequel il a tout effacé hormis son propre numéro. Et la seconde lui inspire un défi: affronter les peurs d'Esther ensemble, une par une, chaque dimanche durant l'année à venir...

C'est toujours difficile de parler d'un livre qu'on a adoré et qu'on voudrait forcer tout le monde à lire. Pourtant, au premier abord, "A semi-definitive list of worst nightmares" n'a rien d'un inoffensif roman jeunesse. Les Solar souffrent d'une malédiction qui les condamne à avoir une grande peur dans la vie, et à mourir de l'objet de cette grande peur. Esther n'a pas encore trouvé la sienne, mais elle souffre déjà d'une anxiété généralisée galopante. Eugene, son frère jumeau, voit des démons et des monstres dans le noir, raison pour laquelle toutes les lumières sont allumées en permanence chez eux. Dépressif, il s'automutile et nourrit des pensées suicidaires. Peter, le père, est tellement agoraphobe qu'il n'est pas sorti de la cave depuis six ans, y compris quand une série de petits AVC a commencé à le pétrifier. Rosemary, la mère, est paralysée par ses superstitions et accro aux jeux d'argent, de sorte que parfois, les meubles partent au mont-de-piété et qu'il n'y a plus rien à manger dans la maison. Autour d'eux, Jonah est battu par son père et Hephzibah, la meilleure amie d'Esther, refuse de parler pour une raison inconnue.

Rien de bien riant en somme, d'autant que les maladies mentales des Solar sont dépeintes d'une façon criante de vérité. Et pourtant... Ce roman est aussi plein de fantaisie, d'humour, de bienveillance et même d'espoir. Dans ma tête, j'entendais ce que je lisais récité par la voix du narrateur de "Pushing daisies", série télé trop courte à laquelle je trouvais le même genre d'atmosphère. Le style vif et ironique de Krystal Sutherland est un pur régal. J'ai été enchantée par sa façon d'inclure des tas de petites listes dans sa narration, agréablement intriguée par l'histoire de Reginald Solar, le grand-père inspecteur de police qui entretient une drôle de relation avec la Mort, et touchée en plein coeur par certaines des choses que dit l'auteure sur l'amour et la vulnérabilité. La fin, qui arrive beaucoup trop vite et a réussi à me surprendre, est un bijou de douceur amère ou d'amertume douce. J'espère que "A semi definitive list of worst nightmares" sera rapidement disponible en français pour que je puisse l'offrir et le recommander à l'infini.

2 commentaires:

  1. Non mais le recommander en anglais, ça passe aussi, tu sais ^^

    Mélusine

    RépondreSupprimer
  2. Très tentée ! Merci pour l'éclairage sur ce roman.

    RépondreSupprimer