jeudi 15 novembre 2018

"Ensemble à minuit" (Jennifer Castle)


New York, juste après Noël. Kendall rentre juste d'un semestre d'études en Europe et appréhende de reprendre les cours dans son ancien lycée. Max, lui, a choisi de reporter d'un an son entrée dans une fac prestigieuse à la plus grande incompréhension de ses proches. Un soir, tous deux assistent à une dispute de couple dans la rue, sans se décider à intervenir ni l'un ni l'autre - et la femme est renversée par un bus sous leurs yeux. Rongés par la culpabilité, ils décident de relever le défi que leur lance une serveuse: faire sept bonnes actions désintéressées avant le Nouvel An...

Dans "Ensemble à minuit", l'autrice montre en alternance le point de vue des deux héros, mais aussi celui des gens qu'ils tentent d'aider. C'est là le trait de génie qui donne toute sa saveur à ce roman jeunesse plein de bonnes intentions comme il en existe pas mal d'autres (non que je m'en plaigne: je suis assez fan du genre). Parfois, Kendall et Max perçoivent leurs tentatives comme ridicules voire indésirables, mais en se glissant dans la peau de leur vis-à-vis, on se rend compte de la véritable portée que peut avoir un geste bien intentionné. Cela fait d'autant plus chaud au coeur que l'histoire se déroule pendant une tempête de neige, et que ses protagonistes adolescents se débattent avec leurs propres problèmes que l'on découvre au fil des chapitres. En aidant les autres, ils finissent par s'aider eux-mêmes, jusqu'à une conclusion bien vue et joliment ouverte. J'ai beaucoup aimé. 

Traduction d'Alice Delarbre

Merci aux éditions Casterman pour cette lecture

samedi 10 novembre 2018

"Les vieux fourneaux T5: Bons pour l'asile" (Lupano/Cauuet)


Emile et Antoine montent à Paris pour assister au match de rugby France-Australie. Ils doivent en profiter pour voir Pierrot, mais celui-ci, plus actif que jamais avec son collectif anarchiste "Ni yeux ni maître", est coincé en garde à vue suite à une action spectaculaire en faveur des réfugiés. De son côté, Sophie s'est fixé deux objectifs qui pourraient bien révolutionner la géographie familiale... 

Passé le début d'une série de bédé (ou de romans, d'ailleurs), c'est très rare que je parle d'un tome individuel. Mais si "Les vieux fourneaux" a toujours été d'une qualité exceptionnelle, "Bons pour l'asile" est sans doute son meilleur opus à ce jour. Bien sûr, il se peut que je ne sois pas objective parce que les auteurs ont choisi d'aborder un sujet qui me touche beaucoup: la manière inique dont le monde en général et la France en particulier traitent les réfugiés. Et ils le font avec toute la gouaille cinglante, toute l'excentricité jusquauboutiste de leurs héros hauts en couleur.

La grande gueule de Pierrot, la mauvaise foi d'Antoine, la simplicité trompeuse d'Emile peignent une image réjouissante d'une vieillesse aux convictions et à l'énergie toujours vivace. Avec des répliques qui font mouche comme: "Quand c'est le Qatar qui rachète les musées, les plages privées et les clubs de foot, personne ne crie à l'invasion arabe. Tout le monde est content. Donc, ce ne sont pas les étrangers qui font peur, ce sont les étrangers pauvres." ou "On est 500 millions de guignols en Europe et on veut nous faire croire qu'on peut pas accueillir un million de pauvres gens? Ca fait même pas un par village!", ce tome 5 assume fièrement son âme militante et généreuse. Et il le fait avec tant de brio que j'ai éclaté d'un fou-rire monstrueux à la page 47 pour finir en larmes à la 56. Bravo, messieurs Lupano et Cauuet. On attend le tome 6 avec impatience.

vendredi 9 novembre 2018

"The toymakers" (Robert Dinsdale)


Londres, 1906. Cathy Wray n'a pas encore 16 ans, et la voilà déjà enceinte. Ses parents veulent la faire accoucher en secret et abandonner le bébé, mais tout en elle s'y refuse. Un soir, elle tombe sur une étrange offre d'emploi dans le journal: "Vous êtes perdu et effrayé? Vous avez gardé votre âme d'enfant? L'Emporium de Papa Jack cherche des vendeurs". Installé au fond d'une petite ruelle, ce magasin à la façade modeste mais à l'intérieur labyrinthique vend des jouets dont la magie attire les foules chaque hiver, depuis le premier gel jusqu'à l'apparition des perce-neige. A sa tête, Jekabs Godman dit Papa Jack, un colosse mystérieux qui ne sort presque jamais de son atelier. Il est secondé par ses fils Kaspar, digne héritier du talent paternel et épouvantablement sûr de lui, et Emil, un garçon pataud aux capacités plus limitées qui s'est spécialisé dans les petits soldats. Entre les deux jeunes gens, la Longue Guerre fait rage pour savoir qui prendra la suite de Papa Jack. Accueillie à bras ouverts dans la grande famille de l'Emporium, Cathy va être le témoin privilégié de sa grandeur et de sa décadence à travers la première moitié du vingtième siècle. 

Je suis toujours bonne cliente pour le réalisme magique, surtout quand les critiques comparent un roman à "Le cirque des rêves" d'Erin Morgenstern. Même si je n'ai pas gardé mon âme d'enfant, même si je ne suis pas du tout sensible à la soi-disant magie de Noël, j'ai pris un plaisir sans mélange à m'immerger dans l'atmosphère de l'Emporium, à partager l'excitation des petits et des grands devant les jouets fabuleux de Papa Jack, à découvrir peu à peu les recoins du magasin et les secrets qu'ils dissimulent. Puis vers le milieu du roman, alors que la guerre de 14-18 faisait basculer la destinée des Godman, j'ai été un peu alarmée par le tour inattendu et très noir que prenait l'histoire. Je ne m'attendais absolument pas à quelque chose d'aussi tragique que le récit du passé de Jekabs Godman, encore moins à ce qu'il advient de Kaspar ou aux conséquences de la rivalité entre Emil et lui. Mais une fois que j'ai accepté de me laisser entraîner, je n'ai pu qu'admirer la manière originale dont Robert Dinsdale orchestre la chute de l'Emporium, jusqu'à une conclusion aussi poétique que poignante. J'envie franchement le/la collègue qui va avoir le plaisir de traduire "The toymakers" en français: magique et sombre à la fois, c'est un roman formidable - et une parfaite lecture de saison!

vendredi 2 novembre 2018

"The house with chicken legs" (Sophie Anderson)



Marinka a 12 ans et ne rêve que d'une chose: se faire des amis. Des amis vivants qu'elle pourra côtoyer davantage que l'espace d'une soirée. Car Marinka est la petite-fille d'une Yaga, Gardienne chargée de guider les âmes vers l'au-delà dont elle devra prendre la suite un jour. Tous les soirs, Baba et elle préparent un festin pour accueillir les morts et leur font raconter leurs meilleurs souvenirs avant de les aider à traverser le Portail. De temps en temps, sans crier gare, leur maison se dresse sur ses pattes de poulet et court s'installer ailleurs, dans un endroit toujours désert. Marinka a beau voir du pays et avoir un familier très attachant - un choucas prénommé Jack -, elle n'en peut plus de sa solitude et se rebiffe contre sa destinée...

Le mythe slave de Baba Yaga, la sorcière qui vit dans une maison ambulante, a inspiré de nombreux créateurs - Hayao Miyazaki, notamment. Ici, Sophie Anderson en livre une interprétation extrêmement originale et surprenante. Elle présente la mort comme un passage serein, une boucle qui se referme avec l'assistance bienveillante des Gardiennes que sont les Yaga. Elle réussit à faire de Jack le choucas et surtout de la maison à pattes de poulet des personnages pleins de caractère, extrêmement attachants. Et sur cette toile de fond singulière, elle peint une héroïne à la rébellion fort compréhensible, qui enchaîne les mauvais choix et se retrouve rongée par les regrets et la culpabilité. Bien que s'adressant à un public assez jeune, "The house with chicken legs"  n'hésite pas à aborder de façon très émouvante des thèmes graves tels que la responsabilité et le choix, l'identité et l'appartenance. A la fois roman initiatique et conte envoûtant, il m'a enchantée de bout en bout. 

mercredi 31 octobre 2018

"Coeur battant" (Axl Cendres)


Ils sont cinq dans le groupe des Suicidants, ceux qui ont déjà tenté de se tuer. Colette et son mari ont voulu partir ensemble avant que la mort les sépare, mais elle s'est ratée et se retrouve seule. Jacopo ne trouve aucun intérêt à la vie: malgré sa richesse, tout l'emmerde. Victor souffre de son obésité mais aime tellement manger qu'il ne parvient pas à se freiner. Alice avec son look gothique semble déjà morte, et c'est le plus beau compliment qu'on puisse lui faire. Alex a cessé de ressentir quoi que ce soit après la disparition de sa mère bipolaire quand il n'avait que sept ans, et le jour où son coeur s'est remis à battre, il a trouvé ça insupportable. Tous ensemble, ils concluent un pacte de suicide et fuient la clinique où ils sont traités pour aller se jeter du haut d'une falaise normande...

Depuis plusieurs années déjà, la sortie de chaque nouveau roman d'Axl Cendres est saluée par un concert de louanges. Curieuse, j'ai décidé de m'intéresser à ce "Coeur battant" dont l'idée de départ me faisait beaucoup penser à "Petits suicides entre amis" d'Arto Paasilinna. Arrivée à la fin, je regrette de ne pas partager l'enthousiasme général. Certes, l'autrice a une plume très agréable, vive et directe, émaillées de jolies saillies poétiques. Mais dans le cas de ce roman précis, les nombreux aphorismes dont les Suicidants parsèment leurs dialogues me sont assez vite devenus insupportables. Creux et répétitifs, ils ont tué tout le plaisir que j'aurais pu prendre à ma lecture. Par ailleurs, j'ai trouvé qu'Axl Cendres restait trop en surface de ses personnages et de son thème. Je peux comprendre qu'elle n'ait pas voulu faire dans le pathos, mais de mon point de vue, il y a là un potentiel psychologique et émotionnel insuffisamment exploité. La fin arrive très vite et n'apporte aucune surprise. En ce qui me concerne, un rendez-vous manqué. 

Merci aux éditions Sarbacane pour cette lecture

dimanche 28 octobre 2018

"Words of deep blue" (Cath Crowley)


Juste avant de déménager, Rachel a écrit à son meilleur ami Henry pour lui avouer qu'elle l'aimait. Pourtant, il n'est jamais venu lui dire au revoir. Alors, pendant les 3 années qui ont suivi, Rachel a ignoré toutes ses tentatives de contact. Mais aujourd'hui, elle revient dans leur ville natale complètement transformée: son frère Cal s'est noyé dix mois plus tôt; elle a raté sa dernière année de lycée et ne parvient pas à sortir de sa dépression. Elle n'a aucune envie de revoir Henry. Malheureusement pour elle, c'est dans la librairie d'occasion des parents de celui-ci que sa tante lui a trouvé un petit boulot. Howling Books est un lieu bien particulier, notamment grâce à sa Bibliothèque des Lettres: un coin dans le fond du magasin où les livres ne sont pas à vendre, mais à annoter et à utiliser pour correspondre avec des gens vivants ou morts... 

Vive les recommandations de Good Reads! Sans elles, je ne serais probablement jamais tombée sur ce roman non traduit en français d'une autrice jeunesse australienne inconnue de moi. Alors que c'est une pépite, et que je l'ai dévoré quasiment d'un trait - achevant sa lecture dans un café où j'ai dû baisser la tête pour renifler discrètement dans ma tasse de thé vide depuis belle lurette. J'ai adoré le concept de la Bibliothèque des Lettres, dont Cath Crowley fait un usage astucieux autant qu'émouvant. Je me suis attachée aux héros adolescents: Rachel incapable de surmonter son chagrin, Henry tiraillé entre des aspirations contradictoires, sa petite soeur George, goth farouche à la langue bien pendue, Martin, le geek populaire qui veut absolument gagner son amitié, Lola, bassiste-compositrice lesbienne dont le bon sens ne s'applique qu'à la vie des autres... Bien sûr, j'ai cordialement détesté Amy, la belle gosse qui mène Henry par le bout du nez, et son nouveau petit ami Greg, archétype de la brute sans cervelle. 

En principe, je ne suis pas une grande fan des histoires d'amour, surtout adolescentes. Ici, j'ai été touchée par celle qui se noue entre George et son correspondant anonyme. Zéro surprise du côté de Rachel et Henry; ce qui m'a intéressée chez eux, c'est leurs problématiques individuelles, la situation sans espoir à laquelle chacun d'eux doit faire face. Rachel ne se remet pas de la mort de son frère. Elle ne parvient plus à approcher de l'océan qu'elle aimait tant et, alors qu'elle a toujours été passionnée par les sciences, a renoncé à son rêve de devenir biologiste marin. Quant à Henry, il se retrouve dans la situation impossible de décider si Howling Books, qui ne rapporte plus assez d'argent pour faire vivre sa famille, doit être vendu ou non: sa mère est pour, son père contre et sa soeur a décidé de se ranger à son avis. Henry est un amoureux des livres qui n'a jamais aspiré à rien d'autre qu'à vivre parmi eux, mais n'est-ce pas justement ce manque d'ambition et cet horizon minuscule qui ont fait fuir Amy? Les discussions entre lui et Rachel, grande pragmatique qui soutient que les mots n'ont aucun pouvoir véritable, devraient trouver écho chez tous les amoureux de littérature. Vous l'aurez compris: "Words in deep blue" est mon coup de coeur du mois!

vendredi 26 octobre 2018

"La marelle" (Samantha Bailly)


Sarah va bientôt avoir trente ans. Tout lui réussit : un poste prestigieux dans l’univers prisé de la mode, une bande d’amis qui brûle la chandelle par les deux bouts, une vie de couple épanouie. C’est alors qu’un soir, elle tombe sur un livre : Marelle, de Julio Cortázar. Cette trouvaille est un séisme. Ce livre n’est pas n’importe lequel : les pages sont annotées de sa main et de celle d’un homme qu’elle a aimé bien des années plus tôt. Le passé ressurgit sans crier gare, et avec lui, les fantômes d’une passion aussi intense qu’insensée. Elle et lui avaient décidé de jouer à un jeu. Le jeu d’une passion véritable, sans se révéler leurs identités, un jeu qui devait rester en périphérie de leurs existences, ne jamais s’inviter dans la réalité. Bouleversée par ce livre qu’elle est incapable d’oublier, dernière trace de cette passion enfouie, Sarah va se lancer dans une enquête éperdue pour retrouver celui dont elle ignore tout, sinon que de l’aimer l’a marquée d’une brûlure indélébile.

Il existe bien des critères susceptibles de me pousser à acheter un livre. Dans ce cas précis, c'était un peu particulier. L'autrice, Samantha Bailly, a beaucoup fait parler d'elle ces derniers mois en devenant en France une des militantes les plus actives pour le droit des auteurs, et en participant à fonder d'abord une Charte des auteurs jeunesse, puis une Ligue des auteurs professionnels dont elle est devenue présidente dans les deux cas. Elle bataille avec énormément de pugnacité et sait utiliser les réseaux sociaux de manière intelligente. Tout récemment, elle a fait de nouvelles vagues en annonçant que son prochain roman (malgré son jeune âge, elle en a déjà publié une vingtaine chez différents éditeurs "classiques") paraîtrait dans un premier temps uniquement en numérique et en auto-édition. Couplé à l'allusion au roman de Cortázar, qui attend dans ma PAL depuis des années, cela a suffi à me rendre assez curieuse pour acheter "La marelle" dès le jour de sa sortie. 

Passons maintenant au livre proprement dit. Et commençons par la partie qui fâche: je n'aime pas le style de Samantha Bailly. Beaucoup trop d'adjectifs. Des dialogues qui ne sonnent pas naturels. Une écriture que je qualifierais globalement d'un peu précieuse, alors que j'aime les plumes fluides et plus spontanées. Et malgré cette réserve, j'ai été happée par l'originalité de son histoire. Au travers d'interrogations amoureuses plutôt classiques au premier abord (la passion avec un homme mystérieux et fantasque, ou un couple stable avec un type solide et peu démonstratif?), son héroïne  est avant tout à la recherche d'elle-même. Incarnation de la Parisienne moderne, professionnellement accomplie et toujours en train de s'étourdir de sorties, Sarah dissimule des interrogations profondes et une quête d'authenticité qu'elle ne sait pas par quel bout prendre. Ses hésitations, ses doutes, ses volte-face sonnent très juste. Et j'ai beaucoup apprécié que la résolution du triangle amoureux ne soit pas celle qu'on aurait pu voir venir à des kilomètres, que la conclusion soit axée sur Sarah en tant que personne et non en tant que moitié d'un couple.

J'étais par ailleurs curieuse de voir à quel point l'absence d'intervention d'un éditeur professionnel se sentirait dans le bouquin. Si je suis souvent en bisbille avec les maisons d'édition pour les conditions de travail qu'elles nous imposent, j'ai toujours pensé que, sauf auteur très chevronné et doté d'un excellent recul sur son propre texte, le travail d'édition était indispensable à l'obtention d'un ouvrage de qualité. Je ne sais pas par qui ni comment Samantha Bailly s'est fait relire et corriger sur "La marelle", mais au final, je n'ai pas relevé plus de problèmes que dans un roman publié de manière classique (quelque soin qu'on apporte à cette étape, il reste toujours quelques broutilles par ci par là dans la version qui atterrit en librairie). En ce qui me concerne et bien que je ne raffole pas de son style, c'est donc un essai joliment transformé.