mercredi 21 septembre 2016

"Le jardin arc-en-ciel" (Ito Ogawa)


Fraîchement divorcée et maman d'un petit Sôsuke, Izumi sauve la vie de Chiyoko, dix-neuf ans, lycéenne de bonne famille qui s'apprêtait à se suicider. Un amour presque immédiat naît entre les deux femmes, qui décident de fuguer ensemble. Elles fusionnent leurs noms de famille pour en former un nouveau et s'installent dans une vieille maison délabrée, à la lisière d'un petit village de montagne si reculé qu'elles le surnomment Machu Picchu. Puis Chiyoko découvre qu'elle est enceinte...

Après "Le restaurant de l'amour retrouvé", que j'avais beaucoup aimé, et "Le ruban" auquel j'avais un peu moins accroché, "Le jardin arc-en-ciel" est le troisième roman d'Ito Ogawa publié en français. Tour à tour, les quatre membres de la famille recomposée Takashima prennent la parole pour raconter leur histoire sur une période de seize ans. Izumi et Chiyoko ont des visions très différentes de la façon dont elles doivent se présenter au monde en tant que couple de lesbiennes, et se disputent souvent sans jamais que leur relation soit remise en cause. Petit à petit, elles parviennent à se faire accepter par une communauté d'abord hostile et trouvent même un moyen de partager leur bonheur en aidant les gens qu'elles attirent dans leur maison d'hôtes.

Un plaidoyer pour la tolérance qui ne m'a que modérément touchée: parce que la narration est centrée sur les luttes intérieures des quatre personnages, il m'a manqué des récits de rencontres et d'échanges avec les clients qui fréquentent le fameux "jardin arc-en-ciel" pour en ressentir l'atmosphère et avoir vraiment l'impression qu'Izumi et Chiyoko avaient réussi à créer quelque chose d'exceptionnel. Sans compter le fait que j'ai détesté la fin larmoyante à souhait. Mais je suis à peu près certaine que beaucoup d'autres lecteurs trouveront ce roman très beau malgré tout ça.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire